Donald In Maui Mallard

 

 

Ce test de « Donald In Maui Mallard » a été effectué sur la version Super Nintendo, plus détaillée graphiquement. La version Mega Drive plus « simple » a une autre direction artistique plutôt efficace. 

Le jeu nous met dans la peau de Donald Alias « Maui Mallard » un détective privé chargé de retrouver une idole volée sur une île tropicale.

Maui Mallard en plus de pouvoir sauter possède un pistolet à insectes (bah pourquoi pas après tout!) qui va lui permettre de tirer différents projectiles, un triple tir et un missile à tête chercheuse viennent s’ajouter au tir de base (les boutons de tranches permettent de changer de munitions). Le gameplay est plutôt bon notamment dans les phases de pure plateforme. Les niveaux vous accordent régulièrement des trésors (qui vous permettrons de débloquer le niveau bonus de fin de monde) et des limonades (qui vous rajouterons des points de vie).

Dès le deuxième monde Maui Mallard aura la possibilité de devenir « Cold Shadow » son alter ego, un ninja armé d’un bâton (plus rapide, plus maniable mais combat au corps à corps). Le joueur aura la possibilité de switcher entre les deux personnages tout le long de son aventure après avoir récolté des badges Yin & Yang condition sine qua non pour pouvoir rester en Cold Shadow (puisque votre compte diminuera avec chacun de vos coups). Le gameplay avec Cold Shadow sans être catastrophique a quelques soucis de collisions. Lorsque l’on frappe, les ennemis trop proche du personnage sont dans une zone morte. Ce qui ne gâchera pas, je vous rassure, l’expérience (le jeu n’étant pas très dur). Cold Shadow possède, en plus du coup de bâton de base, d’un coup chargé et d’un mouvement spécial utile à l’escalade dans certains niveaux.

Le jeu n’hésite pas à varier les plaisirs avec succès dans  un monde sous l’eau et un en saut à l’élastique (Jim c’est toi?) entre autres. Si certains mondes sont exclusifs à un personnage, d’autres vous demanderons de changer régulièrement (Cold Shadow étant obligatoire pour certain passage puisqu’il va pouvoir se balancer sur certains éléments du décor et Maui Mallard bien pratique en combat à distance ou dans les niveaux aquatiques). 

 

 

Pour les sauvegardes le jeu propose un système de mots de passe (qu’il faudra cependant débloquer pendant les fameux niveaux bonus de fin de monde, en lançant toutes les fusées d’artifice du niveau). En terme de durée de vie le jeu se défend plutôt bien, si les cinq-six premiers niveaux se passent assez facilement l’aventure se corse ensuite rendant les mots de passe indispensables.

Conclusion:

Disney Interactive nous livre encore une fois avec ce « Donald In Maui Mallard » un jeu à licence de qualité comme à son habitude sur nos consoles 16 Bits préférées.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *