Dynamite Headdy

 

Treasure est une société japonaise de développement de jeux vidéo reconnue pour la qualité de ses jeux 2D. Travaillant exclusivement avec SEGA de 1993 à 1996, Dynamite Headdy est le troisième jeu de la firme à voir le jour.

Histoire :

Alors que le rideau se lève sur le Treasure Theater, la vedette Dynamite Headdy est sereine. Dans les coulisses, Trouble Bruin (l’ennemi de Headdy) cherche à devenir la star du spectacle. Si le public semble préférer Headdy, sa disparition pourrait bien résoudre le problème. De son coté la marionnette maléfique Dark Demon rêve de dominer le monde et transformer ses habitants en petits êtres maléfiques. Headdy se rend à North Town et constate que le Roi Dark Demon mène une attaque sur cette ville de marionnettes et décide qui parmi les paisibles jouets doit vivre ou devenir un de ses serviteurs. Headdy est capturé, puis emmené pour être incinéré. Seulement Headdy échappe aux griffes des gardes de Dark Demon et décide de vaincre le roi maléfique. Son chemin sera semé d’embûches, le théâtre est envahi par les troupes de Dark Demon, et notre héros se retrouve traqué par Trouble Bruin, prêt à tout pour se débarrasser de lui.

Gameplay :

Un peu dans le style d’un certain Rayman (qui sortira un an plus tard) Headdy peut lorsqu’il souhaite attaquer, projeter sa tête dans huit directions. Il pourra d’ailleurs compter sur des items in game afin de modifier les attaques tête, comme par exemple la tête marteau à la puissance accrue, la tête triplée pour une attaque simultanée dans trois directions ou encore la super tête qui le fera se déplacer plus vite et sauter plus haut. Le jeu propose ainsi dix-huit têtes différentes. Notre personnage pourra également attraper certains éléments du décor afin de se déplacer dans les airs dans le style d’un certain Ristar (qui sortira un an plus tard, hein!? décidément…). Adapté aux manettes 3 boutons, le jeu utilisera une touche pour l’attaque, une pour le saut et une dernière pour annuler la tête en cours d’utilisation. Si le gameplay est solide on regrettera la visée en diagonale parfois compliquée. Si le premier niveau introduit l’histoire, le jeu proposera en lieu et place du deuxième niveau trois tutoriels facultatifs afin de se faire la main avec la visée.

Graphisme et technique :

Sorti en milieu de vie de la Mega Drive, Dynamite Headdy exploite extrêmement bien la machine de SEGA et se permet même de faire de la 3D ! Oui oui de la 3D sur une console 16 bits, attention nous parlons là de quelques plateformes à l’écran seulement. Le soft ne cesse de surprendre de par son inventivité. De plus malgré de magnifiques graphismes et de belles couleurs le jeu garde une fluidité exemplaire, la signature Treasure ! On tient ici le point fort du jeu et les animations de Headdy ne me feront pas dire le contraire.

Difficulté et durée de vie :

Il vous faudra vous accrocher pour espérer voir la fin de Dynamite Headdy, si la première partie du jeu reste plutôt abordable il n’en est rien pour la seconde et les nombreux boss qu’il vous sera donné de rencontrer. Rajoutez à ça 3 vies et pas une de plus et vous comprendrez aisément pourquoi l’aventure sera corsée. 

Conclusion :

Si le jeu a pu passer inaperçu à l’époque, la qualité de ce dernier n’est en rien responsable. Si vous aimez les jeux de plateformes faites plaisir à votre Mega Drive en lui donnant Dynamite Headdy à manger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *