The Warriors

 

Basé sur le film « Les guerriers de la nuit« , The Warriors nous raconte l’histoire du gang New-Yorkais éponyme. Cyrus, chef des Gramercy Riffs, désireux d’unifier les clans, convie la centaine de gangs de la ville à un rassemblement pacifique. Mais la réunion dérape et Cyrus se fait abattre, ce meurtre attribué à tort aux Warriors déclenche sur eux la colère des autres malfrats. Le retour à leur quartier général à 40 Km de là promet des rebondissements.

Le jeu nous fait débuter 3 mois plus tôt dans la peau de Rambrandt la jeune recrue du gang, mais nous fera par la suite jouer tous les membres importants de l’organisation jusqu’à ce fameux jour du meurtre de Cyrus.

Gameplay :

Le jeu se base sur un gameplay comparable à State Of Emergency (du même studio) avec cependant quelques améliorations rendant le tout moins rigide. Les touches X et A sont utilisées pour les coups faible et fort, la touche B pour les prises. Le jeu nous donne la possibilité d’utiliser des armes de corps à corps via la touche Y (utilisée également pour sauter/grimper). Les gâchettes seront quant à elles utilisées pour le sprint et le verrouillage de cible. Les combats loin d’être un maître étalon du beat’em all 3D restent plaisant notamment dans les combats de mêlée, le seul bémol dans tout ça reste la gestion de la caméra qui fait un peu ce qu’elle veut dans les endroits étroits (problème malheureusement récurrent sur cette génération de consoles).

Technique : 

Si les décors sont particulièrement convaincants, on regrettera la modélisation des personnages, qui sans être honteuse reste de moins bonne qualité (à noter que la version Xbox, testée ici, est plus fine que la version Playstation 2). Malgré tout, les animations des protagonistes sont très convaincantes, notamment dans les finish move que propose ça et là le jeu pendant les combats. On l’a vu précédemment la caméra peut poser problème, à ça vient s’ajouter un déplacement du personnage un peu brusque qui rendra rapidement le tout chaotique dans certaines mêlées. 

Difficulté et durée de vie : 

The Warriors n’est pas très dur, même si quelques petits pics de difficulté ponctuels feront leurs apparitions, notamment lors de la découverte d’un nouveau gameplay. Coté durée de vie comptez une quizaine d’heures si vous jouez le jeu des quêtes secondaires. Après chaque mission principale le jeu nous met au QG du gang dans le quartier de Coney Island, il vous sera possible de sortir faire des missions sur votre territoire ou bosser à la salle de sport, activités qui permettront de renforcer les capacités physiques de vos combattants. De temps à autre le jeu vous donnera des missions flashback, histoire d’en apprendre plus sur les membres principaux de votre bande.

Musique : 

La musique du jeu est très discrète et c’est bien dommage car la bande son est de qualité (comme toujours avec Rockstar Games) et cohérente avec l’époque dans laquelle se déroule l’histoire (l’année 1979). Je vous recommande un petit tour dans les réglages pour mettre le niveau sonore de la musique à fond et baisser d’un cran celui des effets, rendant la musique un peu plus présente lors de vos bagarres.

Multijoueur :

Le jeu propose un mode multijoueurs local, un deuxième joueur aura la possibilité de prendre la manette pour parcourir le mode histoire du premier. Si la caméra est la même pour les deux personnages lorsqu’ils sont assez proches, l’écran se scindera verticalement lorsque ceux-ci décideront de partir chacun de leur coté. Un vrai plus ! Et si vous parvenez à la fin du jeu, vous débloquerez une borne d’arcade dans votre QG, qui proposera un « The Warriors » façon beat’em all 2D jouable à 2 également.

Conclusion :

Sans être un jeu exceptionnel, The Warriors a réussi à se faire une place dans ce genre si exigeant qu’est le beat’em all 3D. Loin d’être un sous GTA, on prendra plaisir à le parcourir et découvrir son histoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *